L'HABITATION-ATELIER DU PEINTRE GUSTAVE CAMUS «KER MICHEL»  [1960›1961]

La carrière de Camus, l'un des artistes les plus importants de la région, atteint son apogée entre la fin des années cinquante et le début des années soixante. Sa maison-atelier compte parmi les réalisations les plus connues de Dupuis. Le développement du projet sera sensiblement conditionné par le rapport de l'architecte avec la forte personnalité de l'artiste marqué par le décès prématuré de son fils en 1959. Le terrain de 12 hectares est en pente vers le nord-est. Il est situé à proximité d'un axe de circulation important entre Mons et Saint-Symphorien. Dupuis éloigne le volume de la route en le protégeant par un plan de verdure très dense, traversé par un chemin d'entrée.

À l'origine, la salle de séjour s'ouvre vers le sud-ouest, face au jardin d'entrée. L'agrandissement ultérieur aura pour but de déplacer le salon dans un volume plus grand, créant ainsi une nouvelle aile située entre le sud-ouest et le nord-est, près du salon d'exposition et de l'office. La salle de séjour d'origine se verra transformée en salle à manger.

L'atelier de Camus est orienté au nord vers un paysage qui, à l'époque, était composé d'une vaste étendue de champs cultivés, légèrement ondulés et silencieux. Il s'agit de l'une des rares réalisations où Dupuis utilise une organisation orthogonale aux angles ouverts. De l'extérieur, le volume apparaît compact et couché au sol.

L'image d'ensemble est à la fois austère et captivante grâce aux jeux de clair-obscur, à l'utilisation de certains matériaux (pierre, bois, plâtre), au blanc et au noir contrastant avec les couleurs vives des tableaux. Avant les travaux d'agrandissement, le volume s'inscrit dans un périmètre de forme rectangulaire. Le garage se trouve face au chemin d'entrée; à droite, un mur et une grille (habilement réalisée afin de protéger la propriété des regards indiscrets vers l'intérieur) dissimulent la façade du salon qui s'ouvre vers le jardin d'entrée. Le patio apparaît entre ces deux volumes et, grâce à sa position stratégique, éclaire les chambres et les couloirs. Il s'agit en fait d'un espace de transition qui se présente comme une pièce à part entière au sein de la maison.

L'atelier est séparé du reste de l'habitation et les très nombreuses portes démontrent la volonté de Camus de cloisonner les espaces afin de garantir à son travail la plus grande sérénité possible. Son espace de travail est constitué d'une grande pièce rectangulaire orientée au nord-est et reliée au reste de l'habitation par un espace d’exposition. Dans cette pièce haute et sombre, lieu intime et sacré, une unique ouverture sur le toit permet d'obtenir une lumière diffuse qui vient caresser les murs tout au long de la journée. Une verrière occupe toute la largeur du volume de l'atelier du côté nord-est. Le rapport visuel avec le paysage champêtre est permanent grâce au fait que le châssis descend à hauteur d'homme. •


Crédit des photos:
1- Marie-Françoise Plissart;
2-3-4-5- Alexis, archives Jacques Dupuis;
6- Archives Jacques Dupuis.
Camus Camus Camus Camus Camus