LA SECTION DU SUCRE ET SES DÉRIVÉS DANS LE PAVILLON DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES  /  EXPO ’58

Cette section de l'immense halle des Industries alimentaires forme une petite entité de 600 m², qui doit être séparée du reste. Bertot et Dupuis conçoivent une série d'espaces et de niches circulaires semi-ouvertes, qui s'emboîtent les unes dans les autres. Les niches sont toutes murées et accusent de légères différences de niveau. Ils travaillent en tonalités de blanc, gris clair, violet et or, déclinés en matériaux transparents et en marbre qui suggèrent l'aspect cristallin du sucre. La forme circulaire reçoit exceptionnellement ici un rôle prédominant. L'agrandissement et la torsion de cylindres de différentes hauteurs, semi-ouverts, offre de nouvelles possibilités au niveau de la circulation, de l'optique et des perspectives sur une petite surface. Le système s'insère dans la tendance collective de redéfinition des espaces en général, et du statut de l'espace intermédiaire et des marges en particulier.

«Le sucre s'est offert un stand étonnant d'une qualité esthétique internationale, peut-on dire, ce qui est rare dans la Section belge. Aussi, dans cette ingénue foire commerciale de l'industrie alimentaire, où la publicité et la dégustation l'emportent sur l'art, c'est paradoxalement la betterave qui sauve l'honneur ! Tous les maîtres de la Section étrangère devant cette maison sucrière bâtie par un architecte et un décorateur belges: Jacques Dupuis et Lou Bertot. Le sucre s'est muré, comme un musulman. De l'extérieur on ne voit guère que des parois arrondies et blanches, ressemblant un peu à des osselets géants. Mais, en tournant autour du secret, on finit par découvrir la porte. Et l'on entre dans le plus agréable des palais. C'est une ronde de logettes tournant autour d'un parvis de marbre blanc veiné de gris. Plafonds et tapis sont d'une belle couleur que, à mon désespoir, je n'ai pu définir.» Albert Bontridder (citant Hugues Vehenne), Architecture, 61, n° 39-40, p. 768.

Dupuis répétera, après 1975, cette articulation intelligente de fragments de cercles qui donne le jour à une spatialité complexe, dans une esquisse pour une «médiathèque». L'aménagement des bureaux de Guchez au Grand Hornu révèle l'application en sourdine de ce principe. •


Crédit des photos:
1-2-3- Alexis, archives Jacques Dupuis.
Expo 58 / Section Sucre et Dérivés Expo 58 / Section Sucre et Dérivés Expo 58 / Section Sucre et Dérivés