LE PAVILLON DE L'ÉNERGIE ÉLECTRIQUE  / EXPO ’58

Le pavillon est une halle rectangulaire (120 x 80 mètres), fermée de tous côtés, avec en son milieu, côté avenue de Belgique, une large encoche d'où s'élance un grand pylône pour ligne à haute tension. Le hall d'entrée est à gauche, derrière lécran et sa sculpture lumineuse. Dans la partie de droite, le restaurant tenu par la brasserie Wielemans arbore quelques grandes fenêtres et une terrasse.

Le toit est composé d’une charpente en acier d’une portée de 67 mètres, qui repose à l’avant et à l’arrière sur chaque fois 6 colonnes. L'avenue de Belgique accusant une pente de 4 cm par mètre, la hauteur du bâtiment varie de 12 à 16 mètres. Le revêtement de la façade est fait d'une série de plaques d'aluminium cannelé brillant (1 mètre de large) d'une hauteur moyenne de 18 mètres. Les profondes rainures entre les panneaux verticaux sont peintes en bleu clair. Dupuis dessine, à la demande de Van Mossevelde, le «Mur électrique» placé devant la moitié gauche de la longue façde principale. Avec Bertot, il reçoit la mission d'aménager l'intérieur de la section d'Énergie électrique.

«Impression de pénétrer dans une étrange cathédrale polygonale dont les voûtes ont été tapissées de velours pensée. Quel est l'évêque géant qui a fait donation de ses vieilles doublures, dont la somptuosité colle maintenant au plafond ? Là-haut, un coup de foudre, sans doute, a déchiqueté les nombreuses épaisseurs du toit, habilement, ce qui a produit un sandwich d'étoiles ténébreuses.» Albert Bontridder, citant Hugues Vehenne, Architecture 61, n° 39-40, p. 770.

Bertot et Dupuis reçoivent pour cette création la médaille d'or des aménagements de l'Expo '58. •

Crédit des photos:
1-2-3-4-5- Alexis, archives Jacques Dupuis.